Blog Shanti Travel - Voyage et récit sur l'Inde

Allons-nous nous réveiller ensevelis sous la neige ?

Dimanche 6 février2011. Une journée sur le Chadar : visite à Niarak Pullu [2 H de marche- 5KM – 400 mètres de dénivelé positif + 400 mètres de dénivelé négatif]

 


De la neige, de la neige et encore de la neige. Durant la nuit les flocons blancs n’ont jamais cessé de tomber. Nous nous levons dans un brouillard blanc, la tente entourée d’un tapis molletonneux de quelques centimètres d’épaisseur.

 

En ouvrant nos tentes, nous nous observons mutuellement, l’air circonspect. Le constat est là, il y a peu de chance que nous puissions rejoindre Lingshed aujourd’hui. Stanzin s’accorde jusqu’à 9H30 pour prendre sa décision, le couperet tombe… Faute d’amélioration de la météo nous devrons rester une nuit de plus près de la bergerie. Nous prenons la décision de monter jusqu’au village. La pente est raide, et sous la neige se cache une couche de terre meuble, battue et rebattue par le passage des troupeaux de caprins. Arrivés à la 1ere maison après une petite heure de marche, nous observons les yaks, accrochés dans l’étable par un anneau dans le nez, qu’ils tirent sans précaution. Sous une plaque en tôle ondulée reposant sur des murs en briques de terre cuite, une dizaine de petits chevreaux nous observent l’air étonné.  La famille sort de la maison, et accepte de nous offrir l’hospitalité pour quelques heures. Nous entrons, saluons le patriarche et montons à l’étage où l’on nous présente le petit temple familial où trône entre autre une photo du Dalai Lama. 

Nous faisons alors connaissance du reste de la famille. La grand-mère, l’un des 2  fils et son épouse, la 2ème épouse, et enfin les 3 petits enfants, encore en bas-âge... Voyage dans le temps donc,où la vie familiale permettait à 3 générations de se côtoyer quotidiennement.Tous portent encore la grande tunique de feutre bordeaux portée traditionnellement dans la région.

 

En passant sous de grosses pelotes de laine de yaks, nous pénétrons dans la salle de réception. Y sont exposés les pots en cuivre de la famille, impeccablement lustrés et arrangés, indispensable signe extérieur de bonne tenue de la maisonnée. Nous apprenons que les 2 filles aînées sont parties vivre à Leh et à Mulbeck dans la maison de leurs maris. On nous allume le poêle et l’une des femmes nous sert let hé et un Dhal Bath agrémenté de viande de yaks séchée. Après avoir pris le repas et profité encore un peu de la chaleur du feu, nous ressortons. La température est de 5° et nous grimpons un peu plus haut jusqu’au village de Nialak Pullu, nous y faisons juste un petit détour par le téléphone satellite pour passer un appel dans le Zanskar et s’assurer que le Chadar est praticable. Nous visitons ensuite le petit temple qui domine le village. Là, siège Avalokiteshvara dans sa forme à 9 têtes et 1000 mains. Nous redescendons enfin, non sans quelques belles « gamelles », ce qui amuse beaucoup les locaux indéniablement beaucoup plus habiles sur ce type de terrain.

La neige tombe deplus belle, David nous indique (grâce à sa montre multi fonctions) que nous avons encore perdu quelques hectopascals, ce qui signifie que la situation se dégrade encore… Dans nos esprits déjà obsédés par le cœur du Zanskar une question tourne sans cesse… Allons-nous nous réveiller ensevelis sous laneige ?

Par Camille Aubert, Travel Advisor, Shanti Travel


Publié à 12:15, le 20-avr-2011,
Mots clefs : LadakhNeigezanskarIndetrekfamille

{ Lien }

La vallée de la Markha, embarquement pour un voyage fantastique

La vallée de la Markha est une vaste vallée où alternent paysages désertiques et oasis de verdure, émaillées de monastères, les sommets glaciaires en toile de fond. Enclavée entre l’Indus à l’Est et la rivière Markha à l’Ouest, la vallée de la Markha a un rôle significatif dans l’écosystème du Ladakh. Le trek de la vallée de la Markha offre une abondance de beauté, de trésors naturels, de montagnes aux couleurs, formes et tailles différentes, à une altitude allant de 3.000 à 6.000 mètres d’altitude. Orgie des yeux, mais rencontres touchantes aussi car le trek traverse de nombreux villages. Arrivés à Leh après un vol inoubliable au dessus de la grande chaîne de l’Himalaya, nous nous posons tranquillement le reste de la journée pour nous acclimater à l’altitude élevée (3 500 m). La journée suivante se passe également tout en douceur par la visite de monastères de la vallée de l’Indus, notamment celui de Shey et Stakna. De Shey, une courte marche et nous rejoignons, un autre monastère, celui de Thiksey. Ce fantastique ensemble architectural de l’ordre gelukpa, fut bâti au 15e siècle. Il couvre de haut en bas une colline. Une centaine de moines y résident. La grande aventure commence réellement le 4ème jour.

vallée de la Markha 1

Après avoir fait connaissance avec notre équipe, nous marchons jusqu’à Skaya, en suivant la rivière Zanskar. Premier campement mémorable, sous un ciel étoilé magnifique comme nous avons peu l’occasion d’en voir. Le deuxième jour, nous poursuivons notre trek qui nous mène au village de Markha. Le paysage verdoyant du début fait place à une plaine désertique. Le jour suivant, remontant toujours la Markha, nous faisons une pause pour visiter le monastère de Humlung avant de continuer notre route vers Hankar, petit hameau ne comptant que quelques maisons. Nous campons sur les alpages de Tachungtse. Le lendemain, nous traversons l’une des plus belles hautes vallées du Ladakh, passant près d’un petit lac avant d’atteindre les alpages de Nimaling. Le Kang Yatse, culminant à 6 400 m d’altitude, nous fait l’honneur de se dévoiler, majestueux et superbe. Nous avons toute la journée suivante pour l’admirer, journée de repos pour les uns, montée jusqu’au camp de base pour les autres. Le lendemain est moins farniente, il nous faut reprendre le trek. Alors que certains nous ont quitté pour accomplir l’ascension du Kang Yatse, notre chemin emprunte quelques lacets à travers les éboulis jusqu’au Kongmaru La (5150 m). Au col, l’altitude se fait sentir mais la vue est à couper le souffle. Nous admirons le Kang Yatse et la chaîne du Zanskar, ainsi que le Karakorum au nord. La descente, en revanche, attaque raide mais se radoucit en une longue pente plus douce, d’abord dans de magnifiques gorges puis dans une petite vallée qui s’élargit à l’approche de Shang. Ce sera notre dernier campement. Le lendemain, retour à la civilisation après un arrêt à Hémis pour en visiter son célèbre monastère, le plus grand du Ladakh, qui jouit d'un prestige sans égal.

Pascale - Responsable d'équipe pôle Himalaya

 


Publié à 15:52, le 8-jui-2010,
Mots clefs : vallée de la MarkhatrekIndeInde du nordLadakhvallée de l'Indus

{ Lien }

{ Page précédente } { Page 2 sur 3 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Sites favoris

Shantitravel
Breaks from Delhi
Voyage en Inde
Voyage à Moto au Ladakh
Papillon Voyageur
L'Inde en ébullition
Voyages au Rajasthan
Voyages en Inde du Sud
Survivor India
Ceintures d'Avion

Rubriques


Derniers articles

Les Dzongs, forteresses-monastères, symboles d’un Royaume : le Bhoutan
YOGA & RELAXATION EN HIMALAYA
Mustang, le royaume interdit
Le bouddhisme et les danses rituelles
Tracer sans laisser d’empreintes !

Amis

christelle
tatou44510
ellexa59
ludart

Newsletter

Saisissez votre adresse email

shantitravelrajasthan.uniterre.com / indesud.uniterre.com / www.vintagerides.com (voyage en Inde en moto Royale Enfield) / www.porteurshimalaya.org / www.aujourdhuilinde.com / Indeaparis / www.tourisme-en-inde.com / www.inde-en-ligne.com / www.franceinindia.com / ToutPondi.com / shantitravel.com / www.djoh.net / Partir en Inde / alexandre.lebeuan (Linkedin)