Blog Shanti Travel - Voyage et récit sur l'Inde

Nainital : Quand la ville s’endort


 

 

Entourés par la chaine himalayenneau cœur de laquelle nous avons roulé pendant des heures, nous voilà arrivésdans ce petit coin de paradis qu’est la ville de Nainital.

Nainital, c’est avant tout son lac,autour duquel s’organise une ville débordante d’activités : industrie de la cire,du miel, et du tourisme indien.

Mais quand la ville s’endort, c’estun réel havre de paix. Elle réveille nos sens, et nous berce dans une tranquillitéabsolue.

Nous observons le soleil se cacherpeu à peu derrière les montagnes, laissant apparaitre un dernier rayon briller surle lac, où l’on aperçoit les dernières barques rentrer au large. L’obscurité dela lumière s’accorde alors avec le calme et la tranquillité de la ville.

 

On se sent petit, perdu et fragile aux milieux de ces montagnes sombres etmystérieuses, qu’on distingue par les lumières d’habitants.

 

Quand on lève la tête, c’est encoreune autre lumière, offerte par les nombreuses étoiles dominant le ciel.

Cette ambiance de sérénité dura jusqu’aupetit matin par une promenade au bord du lac où l’on assista à l’éveil de laville. Une lumière éblouissante se reflétait au centre du lac, on distinguaitla couleur bleue-verte de celui-ci, du vert dominant des montagnesenvironnantes. On devinait le bruit de pas des écoliers en uniforme mains dansla mains, de celui des manutentionnaires portant leurs sacs de cire sur le dos,recroquevillés sur eux même, laissant entendre un frottement sur le sol. Lebruit des vélo-rickshow se mélangeait avec celui des pagaies effleurant l’eau dulac.  Les cloches de l’églises’accordaient avec le muezzin de la mosquée… Et bien sur, on se distinguaitnous-même des indiens par notre couleur de peau.

Dès 10h, la ville reprend sonactivité : les commerçants préparent leurs étalages, les cuisines derestaurants laissent échapper des odeurs alléchantes,  le trafic bruyant reprend au bord du lac, lesjoueurs de criquet reprennent leur place sur le terrain…

Et ce .. jusqu’au coucher du soleil. 

 

 


Publié à 15:42, le 4-avr-2011,
Mots clefs : voyagesHimalayaNainital

{ Lien }

Réchauffement climatique : une dure réalité en Himalaya

Le Toit du Monde Fond ! La raison ? Le réchauffement climatique. Depuis plusieurs années, même constat dans les différentes régions de l’Himalaya : des lacs se forment au pied des glaciers, qui reculent inlassablement. Conséquences : d’une part, sous la pression de l’eau, la moraine risque de rompre, laissant s’échapper des millions de mètres d’eau dans les vallées habitées ; d’autre part, d’ici une à deux générations, les fleuves himalayens, qui fournissent de l’eau à environ 1,3 milliards de personnes, risques de se retrouver à sec.  Selon un rapport du World Wide Fund, le WWF, « la fonte accélérée des glaciers est le principal indicateur du réchauffement climatique. Depuis le milieu des années soixante-dix, la température a augmenté de 1°C dans l’Himalaya ».

Au Ladakh, Chewang Norphel, ingénieur qui construit des glaciers artificiels, est catégorique : « en quarante ans, environ 20% de la masse glaciaire a fondu, et il faut chercher les glaciers de plus en plus haut ». Selon l’ICIMOD (Centre International de Mise en Valeur Intégrée des Montagnes), cité dans Trek Magazine (N°117), « les conséquences de changement du climat au niveau mondial sont déjà constatées dans l’Himalaya où les glaciers et les lacs glaciaires changent à une vitesse alarmante […]. Les glaciers reculent de dix à soixante mètres par an […]. L’une des conséquences de cette fonte est l’augmentation croissante du nombre et de la taille des lacs glaciaires ».

D’après les prévisions du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat, le GIEC, avec une augmentation des températures de 2°C pour 2050, plus du tiers des glaciers de l’Himalaya pourrait disparaître totalement. A court terme, la fonte des glaciers aura pour conséquence l’augmentation du débit des fleuves qui risque de provoquer des inondations. A plus long terme, c’est l’effet inverse qui va se produire, avec des conséquences dramatiques puisque c’est en Himalaya que sept des plus grands fleuves d’Asie (dont le Gange, le Brahmapoutre, le Mékong, l’Indus et le Yangtse) prennent leur source, fournissant de l’eau à environ 1,3 milliards d’habitants.


Changtang


L’Indus paraît être un fleuve particulièrement vulnérable, car il n’existe pratiquement que grâce à la fonte des glaciers, contrairement aux fleuves qui coulent sur le versant Sud de l’Himalaya, qui puisent une partie de l’eau grâce aux pluies de mousson. L’Indus prend sa source au Mont Kailash, puis serpente dans la partie Ouest du Tibet, sur le plateau aride du Changtang avant de parcourir le Ladakh, puis le Cachemire, avant d’alimenter une grande partie du Punjab, le grenier à blé du Pakistan puis le Sindh,. Ces deux dernières régions abritant la grande majorité des 130 millions d’habitants du Pakistan.

Selon Vincent Stauffer, responsable de GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités) au Ladakh, « l’Indus pourrait s’arrêter de couler dans les 30 ou 40 prochaines années, et les premiers réfugiés climatiques de l’Himalaya pourraient bien voir le jour ici, au Ladakh ».

Quant au Gange, qui puise plus de 50% de son eau grâce à la fonte des glaces, il est la plus grande source d’eau pour le Nord de l’Inde qui abrite plus de 700 millions d’habitants.


Alex Le Beuan (Directeur de Shanti Travel)


Publié à 14:24, le 24-mai-2010,
Mots clefs : Himalayaglaciereaufonte des glaceschangtangvallée de l'Indusle Gange

{ Lien }

{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Sites favoris

Shantitravel
Breaks from Delhi
Voyage en Inde
Voyage à Moto au Ladakh
Papillon Voyageur
L'Inde en ébullition
Voyages au Rajasthan
Voyages en Inde du Sud
Survivor India
Ceintures d'Avion

Rubriques


Derniers articles

Les Dzongs, forteresses-monastères, symboles d’un Royaume : le Bhoutan
YOGA & RELAXATION EN HIMALAYA
Mustang, le royaume interdit
Le bouddhisme et les danses rituelles
Tracer sans laisser d’empreintes !

Amis

christelle
tatou44510
ellexa59
ludart

Newsletter

Saisissez votre adresse email

shantitravelrajasthan.uniterre.com / indesud.uniterre.com / www.vintagerides.com (voyage en Inde en moto Royale Enfield) / www.porteurshimalaya.org / www.aujourdhuilinde.com / Indeaparis / www.tourisme-en-inde.com / www.inde-en-ligne.com / www.franceinindia.com / ToutPondi.com / shantitravel.com / www.djoh.net / Partir en Inde / alexandre.lebeuan (Linkedin)