Blog Shanti Travel - Voyage et récit sur l'Inde

Allons-nous nous réveiller ensevelis sous la neige ?

Dimanche 6 février2011. Une journée sur le Chadar : visite à Niarak Pullu [2 H de marche- 5KM – 400 mètres de dénivelé positif + 400 mètres de dénivelé négatif]

 


De la neige, de la neige et encore de la neige. Durant la nuit les flocons blancs n’ont jamais cessé de tomber. Nous nous levons dans un brouillard blanc, la tente entourée d’un tapis molletonneux de quelques centimètres d’épaisseur.

 

En ouvrant nos tentes, nous nous observons mutuellement, l’air circonspect. Le constat est là, il y a peu de chance que nous puissions rejoindre Lingshed aujourd’hui. Stanzin s’accorde jusqu’à 9H30 pour prendre sa décision, le couperet tombe… Faute d’amélioration de la météo nous devrons rester une nuit de plus près de la bergerie. Nous prenons la décision de monter jusqu’au village. La pente est raide, et sous la neige se cache une couche de terre meuble, battue et rebattue par le passage des troupeaux de caprins. Arrivés à la 1ere maison après une petite heure de marche, nous observons les yaks, accrochés dans l’étable par un anneau dans le nez, qu’ils tirent sans précaution. Sous une plaque en tôle ondulée reposant sur des murs en briques de terre cuite, une dizaine de petits chevreaux nous observent l’air étonné.  La famille sort de la maison, et accepte de nous offrir l’hospitalité pour quelques heures. Nous entrons, saluons le patriarche et montons à l’étage où l’on nous présente le petit temple familial où trône entre autre une photo du Dalai Lama. 

Nous faisons alors connaissance du reste de la famille. La grand-mère, l’un des 2  fils et son épouse, la 2ème épouse, et enfin les 3 petits enfants, encore en bas-âge... Voyage dans le temps donc,où la vie familiale permettait à 3 générations de se côtoyer quotidiennement.Tous portent encore la grande tunique de feutre bordeaux portée traditionnellement dans la région.

 

En passant sous de grosses pelotes de laine de yaks, nous pénétrons dans la salle de réception. Y sont exposés les pots en cuivre de la famille, impeccablement lustrés et arrangés, indispensable signe extérieur de bonne tenue de la maisonnée. Nous apprenons que les 2 filles aînées sont parties vivre à Leh et à Mulbeck dans la maison de leurs maris. On nous allume le poêle et l’une des femmes nous sert let hé et un Dhal Bath agrémenté de viande de yaks séchée. Après avoir pris le repas et profité encore un peu de la chaleur du feu, nous ressortons. La température est de 5° et nous grimpons un peu plus haut jusqu’au village de Nialak Pullu, nous y faisons juste un petit détour par le téléphone satellite pour passer un appel dans le Zanskar et s’assurer que le Chadar est praticable. Nous visitons ensuite le petit temple qui domine le village. Là, siège Avalokiteshvara dans sa forme à 9 têtes et 1000 mains. Nous redescendons enfin, non sans quelques belles « gamelles », ce qui amuse beaucoup les locaux indéniablement beaucoup plus habiles sur ce type de terrain.

La neige tombe deplus belle, David nous indique (grâce à sa montre multi fonctions) que nous avons encore perdu quelques hectopascals, ce qui signifie que la situation se dégrade encore… Dans nos esprits déjà obsédés par le cœur du Zanskar une question tourne sans cesse… Allons-nous nous réveiller ensevelis sous laneige ?

Par Camille Aubert, Travel Advisor, Shanti Travel


Publié à 12:15, le 20-avr-2011,
Mots clefs : LadakhNeigezanskarIndetrekfamille

{ Lien }

L'homme des glaciers

   Chewang Norphel, ingénieur Ladakhi âgé de 74 ans, nous reçoit avec le sourire dans son petit bureau du Ladakh Nutrition Project, à Leh. Aux murs sont accrochés des clichés de glaciers en construction. Un hasard ? Nullement : Chewang est le premier homme au monde à avoir crée des glaciers artificiels. Grâce à lui, déjà plus d’une dizaine de glaciers artificiels ont vu le jour au Ladakh.

 

                                                                  

 

   Les Ladakhis appellent « l’homme des glaciers » celui grâce à qui l’eau d’irrigation arrive « au bon moment ». Dans cette région aride de haute altitude, ou les précipitations sont faibles, l’eau est très recherchée, d’autant plus que les glaciers ont fondu de plus de 20% ces 40 dernières années. De plus, contrairement aux glaciers « naturels », qui fondent seulement à partir du mois de juin, les glaciers « artificiels » de Chewang fondent dès les mois de mars-avril, qui marquent le début de la culture des céréales, ce qui permet de meilleurs rendements agricoles. Selon Chewang, « avec le réchauffement climatique, les glaciers reculent et sont aujourd’hui très hauts, et ainsi, ne fondent qu’en juin alors que les semences ont lieu en avril… ».

 

                                

 

   A ce jour, plusieurs régions du Ladakh ont bénéficié de l’invention de Chewang, et de nombreux autres villages espèrent pouvoir profiter bientôt des glaciers artificiels. Pour satisfaire le plus grand nombre de Ladakhis, Chewang a demandé un financement à la Banque Mondiale, qui n’a pas encore répondu par l’affirmative….

 

   Chewang Norphel créa son premier glacier en 1993, dans le village de Phuktsey, dans un lieu situé versant Nord sur une aire de 1500 pieds de long, 200 de large, et 5 pieds de profondeur. Il utilisa des tuyaux de fer pour détourner l’eau d’un ruisseau qui traversait le village, et créa des digues de pierres à intervalles réguliers pour entraver le courant, ce qui créa des petits bassins. Ainsi, l’eau qui coule de la montagne gèle dans les bassins en période hivernale. La masse de glace ainsi formée ressemble à un glacier. « Avec l’arrivée du printemps en mars-avril, la glace commence à fondre et l’eau qui coule est ainsi utilisée pour irriguer les cultures de céréales » (essentiellement orge et blé) nous explique Chewang.

 

                           

 

 

Selon la taille du glacier et l’accessibilité du site, le coût du projet varie « entre 5 000 et 15 000 euros ».

 

Shanti Travel est actuellement en discussion avec Chewang pour participer financièrement à ce projet, et nous vous tiendrons informé de l’évolution.


Publié à 11:35, le 23-aoû-2010,
Mots clefs : InitiativessolidaritéFonte glaciersLadakhClimatNeigeHiver

{ Lien }

{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Juillet 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Sites favoris

Shantitravel
Breaks from Delhi
Voyage en Inde
Voyage à Moto au Ladakh
Papillon Voyageur
L'Inde en ébullition
Voyages au Rajasthan
Voyages en Inde du Sud
Survivor India
Ceintures d'Avion

Rubriques


Derniers articles

Les Dzongs, forteresses-monastères, symboles d’un Royaume : le Bhoutan
YOGA & RELAXATION EN HIMALAYA
Mustang, le royaume interdit
Le bouddhisme et les danses rituelles
Tracer sans laisser d’empreintes !

Amis

christelle
tatou44510
ellexa59
ludart

Newsletter

Saisissez votre adresse email

shantitravelrajasthan.uniterre.com / indesud.uniterre.com / www.vintagerides.com (voyage en Inde en moto Royale Enfield) / www.porteurshimalaya.org / www.aujourdhuilinde.com / Indeaparis / www.tourisme-en-inde.com / www.inde-en-ligne.com / www.franceinindia.com / ToutPondi.com / shantitravel.com / www.djoh.net / Partir en Inde / alexandre.lebeuan (Linkedin)