Blog Shanti Travel - Voyage et récit sur l'Inde

Le bouddhisme et les danses rituelles

Le calendrier bouddhiste est ponctué par de nombreuses célébrations et festivals qui sont tous le lieu de danses rituelles. De la même façon que le yoga, les danses constituent une expression des croyances et sont extrêmement importantes pour les disciples de Bouddha. Les tantras, les textes sacrés qui se veulent dans la continuité des védas, la version plus ancienne des liturgies bouddhistes, détaillent avec une grande minutie l’ensemble des danses et leur rôle.

 

Selon son interprétation des tantras, chaque monastère enseigne et reproduit les danses à sa manière. Les textes mentionnent les danses rituelles pour la première fois au VIIIe siècle. D’après la légende, le grand maître indien Padmasambhava aurait été invité au Tibet afin de résoudre le blocage du monastère de Samye auquel certains démons s’opposaient. Le sage aurait alors détourné l’attention de l’opposant aux principes de Bouddha en effectuant quelques pas de danse. Troublé, le démon aurait alors été vaincu par la ruse et le monastère a pu être construit. Les tantras racontent également la légende de Pal Ki Dorje au IXe siècle, qui, habillé en danseur, aurait attiré l’attention puis tué d’une flèche le roi Langdarna, hostile à la conception bouddhiste. Les danses ainsi pensées pour combattre celui qui nuit à la doctrine de Bouddha et surmonter les obstacles intérieurs sont appelés les Chams. Les visions des grands maîtres tibétains telles qu’elles sont rapportées dans les textes, ont, elles aussi, joué un rôle majeur dans la popularisation des danses rituelles. Au XIIIe siècle, après une vision, le sage Guru Chöwang aurait été chargé de faire connaître les danses rituelles révélées dans son rêve au Tibet, afin d’empêcher les guettes, les famines et les épidémies. Sa vision lui a révélé les danses rituelles comme un moyen de faire du Tibet un lieu de paix et de joie. Du Tibet, ces rituels festifs se sont ensuite répandus au Ladakh, région située à l’extrême Nord de l’Inde, aujourd’hui rattachée à l’Etat du Jammu et Cachemire.

Danse et yoga appartiennent à la même logique. D’après les tantras, la danse peut être rapprochée du yoga pour sa conception du monde, de l’esprit et du corps. Les pratiquants du yoga de déité médite pour prendre conscience de l’absence d’existence réelle et « réaliser » la vacuité. Dans leur représentation de l’exercice, il est alors indispensable pour eux de s’imaginer comme étant la divinité centrale de la scène, entourée par les gardiens postés aux quatre portes de l’espace délimité du mandala imaginé. Les mandales sont décrits comme étant des « cercles », des figures géométriques utilisées pendant la méditation. Ainsi le yoga et les danses rituelles sont similaires par leur volonté d’affiner leur vision du mandala et de mieux comprendre la nature réelle du monde. En effet, les danseurs aussi évoquent par des gestes et des mouvements codifiés, chaque partie du mandala et chaque caractéristique de la divinité. Il s’agit en quelque sorte d’une tentative de matérialisation de la déité dans un espace physique par la danse. Ainsi à la différence des danses rituelles, le yoga ne cherche pas à matérialiser les divinités et ne se concentre que sur sa capacité de représentations mentales.

 

 

Après avoir médité sur l’absence d’existence réelle et sur l’apparence du mandala, le moine danseur se consacre à une série d’offrandes. Il entre ensuite dans une phase de concentration extrême afin de faire abstraction du monde des apparences avant de commencer à danser. Dans les tantras, chaque mouvement, chaque geste, chaque tenue, chaque pas de danses est détaillé avec tant de précisions que les monastères sont capables de reproduire depuis des siècles les mêmes danses sacrées. Les photographies de festivals tibétains ou encore ladhakis témoignent de cette constance à travers les siècles. Les tenues jouent par exemple un rôle crucial et chaque élément du costume est précieusement référencé dans les textes traditionnels. Une liste complète des éléments des tenues explique ainsi les composants autorisés tels que les métaux (or, argent, cuivre, bronze et fer), certains ossements humains, de cheval ou de bœuf, différents bois (santal, noyer, abricotier, pommier) ainsi que l’argile et le papier mâché pour les masques. Les couleurs de la tenue jouent un rôle essentiel pour reconnaître la divinité représentée. Ainsi, la déité Camsing sera interprétée par une robe rouge tandis qu’une robe jaune représentera Vaiçrana et qu’une robe bleue désignera Lhamo.

Au Ladakh, les festivals sont très populaires et rythme le calendrier. Au gré des saisons et des évènements personnels, les cérémonies s’enchaînent et permettent aux Ladakhis de se rassembler pour célébrer les récoltes, la fleuraison, Losar le nouvel an tibétain, mais aussi des mariages, des naissances. La dimension religieuse de ces éléments est essentielle et le calendrier Ladakhi compte plus d’une vingtaine de festivals par an, c’est l’occasion idéale de découvrir les traditions de cette région isolée.

Il existe deux périodes principales pour assister aux évènements majeurs : février et juin-juillet, autrement dit l’hiver et l’été pour des ambiances très différentes. Les festivals d’hiver les plus réputés sont ceux de Losar en décembre, celui de Stok, celui de Matho et les festivals de Leh et de Likir en février. Pour allier trek et festivals, préférez les températures plus douces du mois de juin avec les festivals de Lamayuru et Hémis.  

 

Conseil de lecture : Ladakh-Zanskar, avec 22 itinéraires de trekking dans l’Himalaya indien, de C. Genoud et P. Chabloz, Ed. Olizane, coll. Guide Olizane-Aventure, Genève, 2011.


Publié à 11:27, le 12-mar-2012, New Delhi
Mots clefs : LadakhCérémoniefestivaldansebouddhisme

{ Lien }

Tracer sans laisser d’empreintes !

Lorsqu’on part en voyage pour faire un trek, que ce soit dans les Alpes, au Ladakh ou dans la forêt amazonienne, il y a une part de nous qui veut entrer en connexion avec la montagne, la nature. Il y a un rapport de respect entre nous, marcheur, et ces paysages plus grand que nature ! En tant que visiteurs nous avons le devoir de protéger et préserver cet environnement. Quoi faire pour minimiser notre impact afin que d’autres marcheurs puissent profiter, eux aussi, de la beauté des paysages et que les êtres qui y vivent ne subissent  pas notre présence, quoique passagère?

Mon expérience de marcheuse avec Shanti Travel m’a apprise une multitude de petits trucs. J’ai envie d’en  partager quelques uns avec vous  pour que nous ne laissions derrière nous que les traces de nos pas (et encore !)

A prime à bord, je pense aux déchets qui sont engendrés par les repas… Il est important de se responsabilisé en tant que marcheur et aussi de savoir que l’agence avec laquelle vous entreprenez votre voyage a aussi sa part de responsabilité. Chez Shanti Travel, on se fait un devoir de respecter des règles essentielles lorsqu’on part avec un groupe : toutes les matières végétales utilisées lors de la cuisine des plats sont laissées sur place pour les animaux, le papier est brulé, et enfin tout ce qui est plastique ou  conserve est ramassé et ramené pour être déposé dans les décharges. En ce qui concerne l’eau, évitez d’acheter des bouteilles en plastiques. Mieux vaut prendre une gourde d’eau que l’on peut remplir au fur et a mesure du trek afin de réduire la quantité de bouteilles de plastique utilisées. Le cuisinier fait bouillir de l’eau qui est alors totalement propre à la consommation.

En ce qui a trait à l’hygiène, il faut se munir de savon biodégradable! Comme la toilette corporelle se fait dans la rivière, il est primordial d’avoir des produits qui respectent et ne détruisent pas l’écosystème qui est si fragile.  Shanti Travel distribue à tous ses clients un savon qui ne détruit pas l’environnement et qui est biodégradable, produit localement. En ce qui a trait à vos besoins élémentaires : toujours assouvir ses envies à au moins à 50 mètres du cours d’eau ! Pourquoi ? Parce que nos excréments sont composés de matières organiques et de substances nutritives, comme l’azote et le phosphore, qui favorisent la croissance d’algues et une diminution du niveau d’oxygène dans l’eau. L’idéal est de creusé un trou dans la terre préalablement et une fois sa toilette terminé d’y mélanger la terre avec ses excréments, ce qui favorisera la décomposition. Le papier doit être brûlé (attention à bien surveiller que le feu ne se propage pas).

Finalement, Shanti Travel effectue à chaque année, au mois de septembre, un trek de nettoyage afin de ramasser tous les déchets qui ont pu être laissés par les gens! Une bonne initiative et une bonne manière de sensibiliser les gens  à notre politique en matière d’écotourisme.

En conclusion, dans un autre ordre d’idée, nous avons une responsabilité morale en tant que “trekkeur” ! Le respect de la culture locale, acheter des produits locaux, utiliser le transport en commun, mais ça … vous êtes probablement déjà au courant !

Quelques trucs en plus sur le site de Shanti : http://www.trek-ladakh.fr/eco-tourisme

Vous pouvez aussi consulter l’excellent site Echoway : http://www.echoway.org

D’autres astuces et infos bientôt !

Julie, conseillère voyage


Publié à 13:38, le 20-jui-2011, Ladakh
Mots clefs : LadakhzanskarIndefestival

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Septembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Sites favoris

Shantitravel
Breaks from Delhi
Voyage en Inde
Voyage à Moto au Ladakh
Papillon Voyageur
L'Inde en ébullition
Voyages au Rajasthan
Voyages en Inde du Sud
Survivor India
Ceintures d'Avion

Rubriques


Derniers articles

Les Dzongs, forteresses-monastères, symboles d’un Royaume : le Bhoutan
YOGA & RELAXATION EN HIMALAYA
Mustang, le royaume interdit
Le bouddhisme et les danses rituelles
Tracer sans laisser d’empreintes !

Amis

christelle
tatou44510
ellexa59
ludart

Newsletter

Saisissez votre adresse email

shantitravelrajasthan.uniterre.com / indesud.uniterre.com / www.vintagerides.com (voyage en Inde en moto Royale Enfield) / www.porteurshimalaya.org / www.aujourdhuilinde.com / Indeaparis / www.tourisme-en-inde.com / www.inde-en-ligne.com / www.franceinindia.com / ToutPondi.com / shantitravel.com / www.djoh.net / Partir en Inde / alexandre.lebeuan (Linkedin)